Abandonner

Publié le par Lisa Dawn

Je déteste ces moments où je demande l'avis de 20 personnes pour prendre une décision qui ne regarde que moi.

Je leur pose des questions et je leur fais la liste de tous les arguments contradictoires, alors que je sais très bien au fond de moi quelle est la décision que j'ai envie de prendre.

Et quoi qu'ils me disent, je prends toujours la décision dont je ne voulais pas.

Je voudrais grandir enfin, grandir affectivement. Être capable de faire ce dont j'ai envie et plus systématiquement me mettre des bâtons dans les roues. Être capable de dire non, fermement et calmement, et plus de dire oui avec trop d'eau dans les yeux.

Je pensais qu'après cette année, je serais enfin un peu plus forte, un peu plus sûre de moi, un peu plus celle que je suis vraiment. Pourtant je suis toujours celle qui n'ose pas, qui se sent incapable de tout et qui s'interdit tout ce qui est vraiment important à ses yeux.

Je voudrais savoir dire stop quand je n'ai plus envie. Mais je me force.

Publié dans Presque pas mal

Commenter cet article

Cécile 13/09/2011 22:57


Bonjour, je suis tombée sur ton blog par hasard au cours d'une recherche. Tu me pardonneras donc si je te réponds à côté de la plaque n'ayant pas suivi tes articles précédents. Je me reconnais
complètement dans ton article et je trouve que tes mots ne sont pas à prendre à la légère. Je fais moi même les frais de mon immaturité affective, qui me pousse notamment à me transformer en
"Tanguy" et à être très dépendante en amour. Je suis suivie par un psychiatre depuis un an, et bien que mes progrès soient laborieux, j'ai maintenant une certitude: cela me vient de mes parents, et
de la façon qu'ils ont eu de m'aimer... L'idée globale étant que si tes parents même très aimants t'ont poussée à croire par exemple que l'amour se mérite, ça induit en grandissant une incapacité à
s'émanciper... Je fais un peu un raccourci barbare mais je ne sais pas vraiment si tu es concernée...J'espère tout de même que ça te servira!


Lisa Dawn 14/09/2011 00:47



Bonjour et merci pour ton commentaire =)


Heureusement pour moi j'ai quitté mon petit nid familial après le bac pour mes études, parce qu'il n'y avait rien à proximité, ça m'a permis de pas mal "grandir" et surtout de prendre du recul
par rapport à mes angoisses, mes freins internes, etc.


Rien n'est tout à fait réglé, mais j'ai au moins pris conscience que c'était moi qui me mettais des bâtons dans les roues et j'ai identifié les bâtons. Apprendre à ne plus me pourir la vie
prendra plus de temps, je me ferai peut-être aider dans quelques années, en tout cas tout ce que je décrivais dans cet article est quand même devenu beaucoup moins fort depuis que je suis
indépendante. Là c'était juste une période de quelque jours pendant laquelle j'ai eu l'impression que rien n'avait changé.


En tout cas merci de m'avoir donné cette piste, elle me semble plutôt juste. J'espère pour toi que tes progrès vont continuer ! =)



mister stinson 14/06/2011 13:09


tu as tout simplement en toi une composante qui evite la violence de maniere epidermique.